DESCRIPTION DE LA RÉSIDENCE :
 
PEAC Expérimental du secteur Bourran à Mérignac« Chemins de randonnées culturelles dans le ville de Mérignac »
 

Une résidence d’artiste avec Guillaume Hillairet et les contributions des enfants de l’école et du collège Bourran :

CE2-CM1 avec Virginie Emery
CM1 A avec Corinne Migrent
CM1 B avec Karine Junca-Perruchot
6C et D avec Anne-Madeleine Lasvergnas

Pour voir l’ensemble des productions :

http://www.guillaumehillairet.fr/chemins

Un parcours d’éducation artistique et culturelle à Mérignac 

co-réalisé par

La Ville de Mérignac
Direction de la Culture
Directionde l’Action Educative et de la Famille

L’Académie de Bordeaux
Direction des services départementaux de l’Education nationale-Gironde

Le collège Bourran
avec les écoles Bourran, Marcellin Berthelot et Anatole France

en partenariat avec 

La Délégation Académique aux Arts et à la Culture

 Rectorat de Bordeaux pour la résidence d’artiste

Script
Association artistique et culturelle pour la coordination du projet

 

L’intervention de l’artiste s’est déroulée du vendredi 10 novembre 2017 au jeudi 29 mars 2018 au collège Bourran. Elle a alterné quatre marches dans la ville de Mérignac et des productions plastiques à partir de ces marches. Ces randonnées avaient des protocoles géo-poético-artistiques pour amener les élèves à percevoir différemment leurs trajets quotidiens et leur ville afin de réaliser des représentations de cartographies sensibles (cf les situationnistes) et des photomontages pour transformer leur ville.

Ces quatre randonnées culturelles s’intitulaient : « Tous les chemins mènent à Rome », « Ici et là », « Va et reviens » + « Déploie ton chemin », « Marque ta ville ».

 

 La première visait à leur faire appréhender la ville avec des chemins tortueux et pittoresques (durée 1h de marche, 1h30 sur place et 30 minutes pour revenir), chaque classe n’ayant pas le même itinéraire. Ce périple les amenait ainsi à dépayser leur quotidien, laver leur regard et les pousser à inventer de nouveaux chemins. Elle visait également à cheminer vers l’artiste (1ère rencontre) pour le retrouver au centre de loisirs CL2V où il nous a présenté et commenté deux de ses oeuvres : son installation Notes avec de grandes stèles métalliques écrites à la Cité Frugès (en lien avec la parole des habitants) et une vidéo Disparition(s) I où la perception d’un amoncellement de branches se métamorphosait très lentement sans que le spectateur s’en aperçoive. Ces deux oeuvres faisaient écho à notre projet de l’année (prise en compte d’un lieu de vie et questionnement de la perception). Le cadre général de la résidence et du PEAC Randonnées culturelles dans la ville de Mérignac a également été précisé aux élèves. 

La deuxième randonnée « Ici et là » avait pour protocole de marcher très lentement entre l’école et le collège Bourran afin d’être attentifs aux sensations, à l’environnement, aux perceptions en utilisant ses cinq sens; il s’agissait tout autant d’une imprégnation que d’un dépaysement, et de rappeler le lien CM2-6ème (CEC). S’en est suivi un rapide travail en pratique aux pastels gras (1h) de cartographie sensible de ce trajet et sensations. Le mouvement des situationnistes a été présenté aux élèves ainsi qu’un exemple de cartographie sensible à la suite de ce travail.
La troisième randonnée « Va et reviens » (2h) conduisait du collège Bourran jusqu’à la fontaine d’Arlac en passant par la Maison carrée (quartier de l’école Berthelot). Il s’agissait à l’aller de relever des éléments remarquables au loin (pour les 6C, 6A) , proches (pour les 6D, ULIS) par des croquis (images) et au retour de relever par de l’écrit sans oublier ce jeu sur les sensations pour le collège . Les écoles avaient d’autres protocoles (par la forme, la couleur, et le trait). Puis, à la séance suivante  « Déploie ton chemin » d’arts visuels (3h), sur un grand papier panoramique en triptyque, les élèves devaient déployer une représentation du chemin de son début à la fin dans un sens sur le verso, par l’image et dans l’autre sens, sur le recto par l’écrit. Par rapport aux enjeux de cette randonnée, le rapport entre texte et image sur une carte a été abordé ainsi que le travail de Magritte Les mots et les images.

Et enfin, la dernière randonnée « Marque la ville » (2h) dans le secteur du centre-ville de Mérignac, du collège à la Médiathèque. A l’aller, les élèves devaient repérer la ou les  portion(s) de paysage urbain qui les intéressaient pour une seule prise de vue photographique réalisée par l’artiste au retour. Cette photographie servirait de support à un photomontage qui viserait à transformer le réel, la ville…Le travail plastique s’est effectué sur deux séances : une de deux heures où la consigne était de déplacer, remplacer, multiplier etc. les éléments déjà présents dans la photographie (grâce à des éléments découpés, détourés des photocopies noir et blanc de leur photographie). L’autre séance de deux heures a permis aux élèves cette fois-ci de rajouter des éléments extérieurs à leur photographie (provenant d’images extérieures). Entre les deux séances, comme ils avaient déjà amorcé une démarche quant à leur transformation de leur photographie (transformation de la ville), ils pouvaient ramener des images cherchées, stockées de chez eux. Pour les motiver à transformer la ville, avant la randonnée, le travail de Goldsworthy leur a été montré. Différentes œuvres ont été commentées.  Comment se joue-t-il de la sculpture installée dans un environnement et de l’image de la sculpture ? Y-a-t-il eu modification du réel ou est-ce seulement un jeu sur l’image (anamorphose etc.) ? Eux, les élèves ne vont pas procéder de la même manière (réaliser des sculptures se jouant de leur environnement, renforcé par la prise photographique) mais ils vont jeter un trouble sur le regard porté à la ville par l’image, le photomontage.
Ci-dessous un texte de présentation de ce PEAC par Guillaume Hillairet :
Les petits chemins – Traverses et quotidiens
Une résidence d’artiste de Guillaume Hillairet à l’école et au collège Bourran de Mérignac

Arpenter, flâner, marcher, puis cartographier un territoire est une chose éminemment politique. Cela définit une mobilité autorisée, ou subversive. Le parcours d’éducation artistique et culturelle Un chemin de randonnée culturelle dans la ville de Mérignac se veut être une expérience liée à la marche dans la ville, à l’identification de lieux liés à la culture, à la rencontre avec des artistes, à la représentation des territoires de vie de chacun et des chemins qui les traversent.
Le réel, l’imaginaire ne sont pas divergents, mais des moments perceptifs liés entre eux. Ni l’un ni l’autre n’est prépondérant, ils s’enrichissent mutuellement. Dans ce cadre, où la frontière entre les deux reste floue, peuvent se développer des approches décalées de nos voyages dans l’espace urbain.
Cette première année de travail a permis d’ouvrir des chemins d’interprétations de la ville. Des lectures sensibles du paysage urbain ont amené les enfants à inventer leurs déplacements et découvrir la richesse de leur environnement proche. Un travail de géo‐poétique a vu le jour et ce Cahier de randonnées n°1 en révèle de remarquables fragments.
Guillaume Hillairet